3e États généraux de la révolution numérique
Reprenons le pouvoir !
9 & 10 mars 2018

Reprendre le pouvoir sur la transformation numérique des services publics

Toutes les opportunité sont bonnes pour faire reculer les services publics au bénéfice du tout-marché. Alors que la numérisation ouvre des pistes pour les moderniser, étendre les services aux usagers et les améliorer, elle est le plus souvent mise au service de leur recul : on remplace le contact humain par une borne automatique, un gardien de la paix par une caméra, un enseignant par un télé-conférencier, un médecin par une procédure de télé-médecine, etc.

La « numérisation » est devenu souvent l'ultime "argument" avancé en faveur de la révision générale des politique publique (RGPP) et de l’ensemble des politiques visant à réduire en permanence les effectifs de fonctionnaires, à diminuer la dépense publique, et à accompagner l'externalisation vers le privé des missions de service public.

Mais, au-delà de la question de la dépense, la logique d’État plate-forme remet en cause de façon beaucoup plus profonde le champ et la nature de l’intervention publique. Elle promeut des services publics sans administration, constitués d’une série « métiers » numérisables, discrétisables sous forme d’algorithmes. Dans cette logique, l’État plate-forme n’est plus qu’une instance de mobilisation et de supervision de ressources privées, conduisant à une porosité toujours plus grande entre puissance publique et les acteurs privés de ce nouveau marché.

Le numérique ne peut plus être un prétexte à cette logique libertarienne de destruction du service public. Il peut, par contre, constituer un  levier permettant de moderniser et d’étendre l’intervention publique, et surtout d’inventer des formes nouvelles de dialogue et d’agrégation entre service public et intervention citoyenne.

Avec
Isabelle Mathurin
Isabelle Mathurin

membre du CN du PCF, responsable de la bataille pour les services publics

Jacques Priol
Jacques Priol

spécialiste de la gestion des données publiques auteur du « big data des territoires »

Véronique Decker
Véronique Decker

directrice d'une école élémentaire à Bobigny, auteure de "Trop classe ! Enseigner dans le 9-3" et de "L'école du peuple"